1954-1962 : les "événements" d'Algérie“

Entre 1954 et 1962, plus de 1 200 000 Français sont partis « jouer les petits soldats » en Algérie. Certains deviendront célèbres, tel le chanteur Serge Lama. La citation précédente est d’ailleurs empruntée à la chanson intitulée L’Algérie qu’il consacra en 1975 à cette période de sa vie. Parmi les appelés se trouvait aussi le père de l’écrivain Laurent Mauvignier ou celui de l’auteure de cet article.

Après la signature et l’entrée en vigueur des accords d’Évian (18-19 mars 1962), par lesquels la France reconnaissait l’indépendance de celle qui ne serait plus désormais que son ancienne colonie, les combattants qui ne revenaient – près de 25 000 d’entre eux trouvèrent la mort – même pas en héros, reprirent tant bien que mal le cours d’une existence que la décision d’envoyer le contingent ramener l’ordre de l’autre côté de la Méditerranée avait interrompu. Dans leurs bagages, des photos en noir et blanc auxquelles les années donneraient la teinte sépia d’un passé si lointain qu’il en semble presque irréel.
Lors de rencontres avec d’autres anciens d’Algérie, les clichés ressortiraient des albums ou des boîtes à chaussures. À nous leurs enfants, curieux d’en apprendre davantage sur le pays où nos pères avaient séjourné jusqu’à deux ans (parfois plus longtemps encore), ils raconteraient des anecdotes : « Pendant que j’étais là-bas, il y a même eu un tremblement de terre. Tu vois, je suis l’homme qui a fait trembler l’Algérie ! ». Ils diraient également qu’il faisait chaud là-bas, qu’il ne pleuvait presque jamais et qu’il y poussait des palmiers… Mais sur ce qui s’était passé au « club Bled », ce qu’ils allaient fait là-bas, pas un mot !

Marie-Odile Buchschmid
Rehweg 38
85598 Baldham

marie-odile.buchschmid@t-online.de
www.moenmots.de
Linkedin