Ecole… Attention… Danger !

Attention écoleJamais je n’aurais pensé devoir prendre un jour le panneau de signalisation ci-contre au sens propre. Depuis le 16 octobre, j’ai beau examiner et examiner encore mes souvenirs, nulle part je ne trouve trace d’un quelconque danger lié à la fréquentation de l’école. Qu’avions-nous à redouter en effet ? Des mauvaises notes, des punitions pour ne pas avoir fait nos devoirs ou les avoir bâclés, pour avoir bavardé avec notre voisin ou copié sur lui, pour avoir mangé du chewing-gum en classe… Bah, on passait un quart d’heure au coin, on faisait x fois le tour de la cour, on était de corvée de tableau (noir) pendant quelques jours, privé de récréation ou copiait 100 fois « Je ne mangerai plus jamais de chewing-gum en classe. »… et on n’en parlait plus. 

De nos jours, à l’école, on est obligé de porter un masque, de se désinfecter sans cesse les mains, de garder ses distances avec ses camarades pour éviter de contracter et de propager la covid-19. De nos jours, devant l’école, il y a des barrières pour empêcher les personnes mal intentionnées de se garer et les portes sont continuellement fermées à clé afin qu’aucune desdites personnes mal intentionnées ne puisse pénétrer à l’intérieur et prendre enseignants et enfants en otages. De nos jours, devant l’école, il y a régulièrement des policiers en uniforme aux heures d’accueil et de sortie des élèves. De nos jours, à l’école, on risque de se voir privé du jour au lendemain de professeur parce qu’il aura été sauvagement assassiné pour « avoir tenu en [ses] mains l’intelligence et l’âme des enfants », pour « leur [avoir enseigné] le respect et le culte de l’âme en éveillant en eux le sentiment de l’infini qui est notre joie, et aussi notre force, car c’est par lui que nous triompherons du mal, de l’obscurité et de la mort ».1

Samuel Paty ClaraSamuel Paty « était un professeur, un simple professeur qui croyait que savoir était un grand trésor »2 et qui l’a payé de sa vie. Hier, lundi 2 novembre, ses collègues et leurs élèves en France et ailleurs en Europe et dans le monde, ses supérieurs, ses compatriotes et tous ceux pour qui la liberté d’expression n’est pas qu’une formule lui ont rendu hommage. J’ai pensé à l’une de mes sœurs, professeur des écoles, et à ce titre chargée de transmettre à ses élèves de CP/CE1 un message dont nombre d’adultes ne mesurent pas, ne veulent pas mesurer la portée. J’ai pensé aussi à sa fille, Clara (7 ans), qui, avant même d’en maîtriser la graphie, a déjà compris le pouvoir d’exutoire des mots et pour qui l’école est aussi désormais ce lieu d’où maman risque un jour de ne pas rentrer.

M’est revenu hier soir un poème intitulé En sortant de l’école3 et que son auteur, Jacques Prévert, se verrait aujourd’hui contraint de réécrire :

« En sortant de l’école du collège

Nous avons rencontré

Un grand chemin de fer drôle de personnage

Qui nous a emmenés proposé

Tout autour de la terre Quelques centaines d’euros

Dans un wagon doré Si nous lui montrions le prof d’histoire-géo »…

Submergé par l’émotion, Prévert poserait alors son crayon. Et là, il prendrait sa tête dans ses mains et il pleurerait4

 

1 Lettre aux instituteurs et institutrices, Jean Jaurès, La Dépêche, 15 janvier 1888

2 cf. la chanson de Jean-Jacques Goldman Il changeait la vie

3 En sortant de l’école

4 D’après Déjeuner du matin, Jacques Prévert, Paroles, 1946

Marie-Odile Buchschmid
Birkenweg 14
82291 Mammendorf

marie-odile.buchschmid@t-online.de
www.moenmots.de
Linkedin

Newsletter Abonnement

Bitte geben Sie Ihre E-Mail-Adresse ein und klicken Sie anschließend auf Newsletter abonnieren.
* Mit der Anmeldung zum Erhalt des Newsletters akzeptiere ich die Datenschutzbestimmungen und erkläre mich einverstanden, dass moenmots.de mir per E-Mail Informationen zusendet. Die Einwilligung zum Bezug des Newsletters kann jederzeit mit Wirkung für die Zukunft widerrufen werden. Hinweis: Sie können Ihre Einwilligung jederzeit für die Zukunft per E-Mail an marie-odile.buchschmid@t-online.de widerrufen. Detaillierte Informationen zum Umgang mit Nutzerdaten finden Sie in meiner Datenschutzerklärung.
Please wait